Bienvenue sur le site officiel de Tresques

Réunion sur la transition énergétique

Succès de la réunion sur la transition énergétique 

Un succès. Voici ce que l'on peut dire de cette réunion tenue il y a une semaine en salle de fêtes de Tresques. Deux préfets (J.F. carenco, Didier Lauga), un député, un professeur d'université, une équipe municipale, de nombreux spécialistes, de nombreux élèves ingénieurs venus de Nîmes, salariés ou non du nucléaire, un public varié venu poser ses questions et suivre l'actualité de l'énergie nucléaire face aux énergies renouvelables aujourd'hui au cœur de l'actualité dans un monde qui se veut responsable face aux enjeux écologiques d'aujourd'hui et de demain.

Après une présentation par monsieur le Maire Alexandre Pissas rappelant son attachement au nucléaire, le professeur Jean Matouk est revenu sur des débats précédents signant son opposition aux "nucléocrates" comme il aime à les nommer, soulignant la nécessité de se diriger vers un 100% renouvelable. Naturellement sont revenues les traditionnels reproches au renouvelable, l'intermittence, le stockage comme talon d'Achille, le prix, impacté tant par les faibles rendements que le traitement des déchets. Plusieurs questions dans le public sont revenues sur ce sujet du traitement des déchets, tant nucléaires que ceux inhérent aux éoliennes par exemple. Son échange avec le préfet Carrenco, président de Commisson de Régulation des Energies a cependant trouvé un point d'accord sur la nécessité d'une sortie lissée dans le temps, en cohérence aussi avec les besoins grandissants d'énergie dans une société de révolutions, technologique, climatique, mais aussi migratoire. Construire des centrales régionales comme le suggère Jean Matouk? Le préfet s'est dit fervent adversaire du provincialisme énergétique. Non au communautarisme énergétique, oui à la flexibilité, avec la baisse de consommation, l'interruptibilité, l'effacement et le stockage. L'objectif est de produire une énergie constante adaptée aux besoins et à coût maîtrisé. Au sujet du mix nucléaire/renouvelable, les avis ont convergé, la perspective de l'hydrogène déjà expérimenté à FOS et Manosque est prometteuse, mais sur un terme long qui ne laisse pas présumer une sortie du nucléaire, souhaité comme base énergétique pour l'indépendance énergétique et la défense, avant un horizon 2100. Anthony Cellier, député, a lui rappelé l'accord de Paris avec l'objectif zéro carbone objectif 2050, l'atout du nucléaire en ce sens, et la nécessité du travail de son acceptabilité par l'opinion. 

Repas des ainés